picasso

  • Exposition « Picasso et les Maîtres » : mes impressions

    Dimanche dernier, je suis donc allée voir l’exposition « Picasso et les Maîtres » au Grand Palais, et, passé les deux heures de queue habituelles, l’exposition vaut vraiment le coup !

    ticket.jpg

    Outre le plaisir de découvrir des œuvres originales de Picasso, on retrouve aussi avec admiration les chefs d’œuvres classiques de grands peintres comme Chardin, Goya, Vélasquez, Ingres…

    La scénographie de l’exposition propose une lecture très intéressante du travail de Picasso, mettant en parallèle pour chacune de ses œuvres exposées l’œuvre d’un grand peintre l’ayant inspiré, et ce depuis ses œuvres classiques d’adolescent au cubisme poussé à l’extrême de sa fin de vie. Ainsi à travers les portraits, les nus, les personnages mis en scène, les natures mortes, la période bleue… et jusqu’à ce qu’on a appelé « les variations » où Picasso revendique pleinement la relecture des œuvres des grands Maîtres, l’exposition met en parallèle constant et chronologique Picasso et ses inspirations.

    Le plus « évident » est bien sûr toute la série des « Ménines », inspirées directement de la célèbre œuvre de Vélasquez. Cette dernière n’est malheureusement exposée que par hologramme, mais de telle façon que cela permet une bonne étude des 5 ou 6 variations peintes par Picasso, et ce en seulement quelques semaines !

    Mon coup de cœur va aux portraits et personnages, tant pour la beauté des œuvres classiques (d’Ingres en particulier) que pour la traduction qu’en a faite Picasso, pleine de force, de vie et de caractère.

    En résumé, allez-y ; emmenez les enfants qui y découvriront de grands classiques et une vision de Picasso peu habituelle ; et enfin, si vous le pouvez, réservez vos places en amont !

    Belle visite

    Marion

    Pour plus d'infos sur cette exposition, cliquez ici.

  • Exposition « Picasso et les Maîtres »

    picasso.jpg

    Pour la première fois à Paris, les chefs d’œuvre de Picasso sont réunis autour de ceux de Titien, Rembrandt, Vélasquez, Chardin, Goya, Delacroix, Ingres, Manet, Renoir, Gauguin, et tant d’autres …! Tous ces chefs d’oeuvres seront exposés dans les Galeries nationales du Grand Palais, du 8 octobre 2008 au 2 février 2009.
    arton804.jpg
    Le Matador, Pablo Picasso, Huile sur toile, Musée Picasso, Paris © Succession Picasso 2008

    Dès son plus jeune âge, Pablo Picasso se forme aux règles strictes de la peinture académique, d’abord auprès de son père professeur à l’école des Beaux Arts et directeur de musée, puis durant ses études aux Beaux Arts de Barcelone et à l’Académie San Fernando de Madrid.
    Dessins d’après l’antique, statuaire, copies de toiles des grands maîtres, histoire de l’art, académies, peinture d’histoire, scène de genres, compositions épiques ou religieuses, galerie de peinture… représentent son apprentissage. Et c’est parce qu’enfant il a été directement confronté à Michel-Ange et Raphaël, sans passer par le dessin enfantin, qu’il nourrit longtemps un désir de subversion vis à vis de ces classiques qui le conduira à l’art moderne, à travers le cubisme.
    arton794.jpg
    L’Infante Marguerite, Pablo Picasso, Huile sur toile, Musée Picasso, Barcelone © Succession Picasso, 2008

    À la fois jeune maîtresse académique et acharnée destructrice des formes établies, Picasso écrit à travers toute son œuvre un dialogue avec la peinture traditionnelle. C’est pour lui un élément moteur et la période ou cette démarche de relecture critique des grands maîtres est la plus visible, ce sont les « variations » d’après Delacroix, Vélasquez ou Manet, entre 1950 et 1962.
    arton792.jpg
    Autoportrait à la palette, Paul Gauguin, hiver 1893-1894, Huile sur toile, © Collection particulière

    L’exposition « Picasso et les maîtres » regroupe quelque 210 œuvres issues des collections les plus prestigieuses. Confrontant passé et présent, sous des approches à la fois thématiques et chronologiques au gré de la peinture de Picasso, les Galeries nationales du Grand Palais regroupent autour des œuvres du peintre, celles du Greco, Vélasquez, Goya, Zurbaràn, Ribera, Melendez, Poussin, Le nain, Dubois, Chardin, David, Ingres, Delacroix, Manet, Courbet, Lautrec, Degas, Puvis de Chavannes, Cézanne, Renoir, Gauguin, Douanier Rousseau, Titien, Cranach, Rembrandt, Van Gogh.
    Faisant preuve d’un « cannibalisme pictural » à l’égard de ses peintres de prédilection, Picasso réalise la peinture de la peinture, par transposition, mimétisme, détournement, dénaturation, allant même jusqu’à l’ironie et le pastiche.
    arton833.jpg
    Yo, Picasso, Pablo Picasso, Paris, 1901 Huile sur toile, Collection particulière © Succession Picasso, 2008

    Cette exposition est organisée par la Réunion des musées Nationaux, le musée national Picasso, le musée du Louvre et le musée d’Orsay.
    Simultanément, deux ensembles thématiques d’œuvres de Picasso sont regroupés au musée du Louvre, autour des Femmes d’Alger de Delacroix, et au musée d’Orsay, autour du Déjeuner sur l’herbe de Manet.

    Galeries nationales du Grand Palais
    3, avenue du Général-Eisenhower
    75008 Paris
    Tél : 01 44 13 17 17
    Ouverture : tous les jours sauf le mardi.
    Horaires : de 10h à 20h
    Nocturne le mercredi jusqu' à 22h.
    Prix d'entrée : 12 € ; TR 8 €