costumes

  • Paper dolls, pour apprendre l'histoire en s'amusant.

    Virginie Dreyer et Marion Leflour, créatrice de Pyjamas-déguisements ludiques et magiques pour enfants sous la marque "ce que je Voeu", ont realisé de petites poupées à habiller en papier sur le thème de l'histoire des costumes à travers les âges.

    paperdoll16th.jpg

    Ces poupées sont téléchargeables gratuitement sur leur blog.

     

     

    POUPEE 9 BLOGhabillé MCI.jpg

     

    Et pour les petites poupées de papier marieclaireidees.com, c'est par là.

     

     

     

  • Exposition de Costumes d'Opéras russes

    visuelexpo.jpg

    À l'occasion du centenaire des Ballets Russes, fondés au 1909 par Serge Diaghilev, le Centre national du costume de scène propose une exposition de costumes d'opéras russes, jusqu'au 16 mai 2010.

    Cette exposition rassemble quelque 130 costumes  exécutés pou 4 chefs d'oeuvres du patrimoine musical russe : Boris Godounov, Khovantchina, Ivan le Terrible, Snégourotchka, présentés à Paris entre 1908 à 1913.

    Maquettes de costumes, dessins, documents d'inspiration, sources iconographiques, photographies, films... viennent compléter l'exposition.

    Tous ces costumes, patrimoine de l'Opéra national de Paris, peints, brodés, teints, aux couleurs vives et aux motifs géométriques, traduisent tantôt un souci ethnographique, une recherche esthétique somptueuse, ou encore une grande modernité. Toute la gamme des personnages historiques ou légendaires d'opéras est représentée à travers ces costumes : tsars, boyards, gardes,   et surtout les hommes et femmes du peuple.

     

    En parallèle de cet événement, de nombreuses expositions commémorent ce centenaire et Serge Diaghilev par la même occasion.

     

    Opéras russes, à l'aube des Ballets Russes

    Centre national du Costume de Scène

    Quartier Villars

    Route de Montilly

    03 000 Moulins

    Tél : 04 70 20 76 20

    Jusqu'au 16 mai 2010

    De 10h à 18h

    Tous les jours sauf le 25 décembre 2009 et les 1er janvier et 1er mai 2010

    Fermeture à 16h les 24 et 31 décembre 2009.

    5 euros l'entrée, 2,50 euros en tarif réduit.

  • « Le Grenier de l'Opéra » au profit de AIDES

    Le samedi 30 mai 2009, l'Opéra de Marseille vide son grenier et vend de magnifiques costumes de scène au profit de l'association AIDES qui lutte contre le SIDA.

    Costume AIDES.jpg
    Jupons, froufrous, corsets, chapeaux, redingotes, uniformes... ce sont plus de 640 pièces qui seront en vente. Parmi elles, trente tenues d'une valeur exceptionnelle feront l'objet d'une vente aux enchères.
    Un évènement à ne pas manquer pour tous les collectionneurs, passionnés d'opéra, amateurs de costumes et compagnies de théâtre ! Les premiers prix commencent à 10 € ! Une belle occasion de faire une bonne action et de repartir avec un costume de Carmen, Faust, la Flûte enchantée, le Barbier de Séville, la Fille du Tambour-Major, la Walkyrie, les Troyens, Othello...

    La totalité des profits réalisés sera reversée à l'association AIDES. Cette manifestation est réalisée grâce au soutien de la Ville de Marseille et de l'Opéra de Marseille, en partenariat avec Euromed Management, DVRP&Com et Marim Impression.

    Le Grenier de l'Opéra
    30 mais 2009-05-28 à l'Opéra de Marseille
    vente en accès libre de 9h30 à 17h.
    vente aux enchères à partir de 20h 30 au Foyer de l'Opéra

  • Alain Germain, entre Costumes et Machines, Musée des Arts et Métiers.

    1332.jpg
    Jusqu’au 31 août 2008, le Musée des Arts et Métiers propose " Alain Germain, entre costumes et machines." , une exposition décalée mêlant costumes de scène et archives personnelles d’Alain Germain avec certains objets insolites provenant des collections du Musée. Conçue comme un parcours poétique, cette exposition apporte un autre regard sur les objets techniques du musée mêlés aux créations de l’artiste.
    1297.jpg
    Le moteur Vulcain - ©Marc Roussel

    Metteur en scène, inventeur du concept d’exposition-spectacle, architecte, peintre, écrivain, Alain Germain aime investir des lieux atypiques pour y présenter ses spectacles et expositions.
    Avec sa collection riche de 80 000 objets, le Musée des Arts et Métiers retrace plus de cinq siècles d’inventions et d’innovations scientifiques et techniques. Guidé par son intuition, le créateur a exploré ces réserves pour en extraire une sélection surprenante : un scaphandre, un masque de protection, un griffon… Cette sélection hétéroclite, à partir de laquelle certains costumes ont été créés, traduit un univers très inventif, libre interprétation des arts et des sciences. Les dessins, photographies, maquettes, peintures et vidéos de l’artiste exposés avec les objets du musée entrelacent les univers oniriques et scientifiques.

    planche.jpg

    Musée des Arts et Métiers
    60 rue Réaumur
    75003 Paris
    Métro : Arts et Métiers (lignes 3 et 11), Réaumur-Sébastopol (ligne 4)
    Bus : 20, 38, 39, 47

    HEURES D'OUVERTURE
    Ouvert du mardi au dimanche inclus, de 10 h à 18 h.
    Nocturne le jeudi jusqu'à 21 h 30.
    Fermé les lundis, le 1er mai et le 25 décembre.

    RENSEIGNEMENTS
    Tél.: +33 (0)1 53 01 82 00

    • EXPOSITION TEMPORAIRE
    Alain Germain, entre costumes et machines
    - Plein tarif : 5,50 €
    - Tarif réduit : 3,50 €




  • Des fleurs, des Parfums et des Etoffes, à Grasse

    Le Musée de la Parfumerie Fragonard et le Musée Provençal du Costume et du Bijou, vous proposent deux expositions en parallèle, avec pour dénominateur commun, les Fleurs.

    DES FLEURS ET DES ETOFFES
    Fleurs et étoffes d'Orient des élégantes provençales des XVII et XIXe siècles

    Les collections du Musée Provençal du Costume et du Bijou recèlent de véritables trésors de tissus imprimés. Cette année, le Musée a voulu célébrer les voyages immobiles des coquettes provençales.

    29744bbe9cc4e44b6043c2f7d8cd1d66.jpg
    Costume « Robe de jour Napoléon III ». Robe de grande ampleur à motif cachemire accompagnée d’un grand châle cachemire espoliné importé des Indes, vers 1850-60.

    La mode provençale se passionne dés le début du XVIIIe siècle pour les décors orientaux et en particulier les étoffes fleuries inspirées de l'Orient mystérieux : palmettes ou boteh, mignonettes, bizarres, imbriqués, bâtons rompus et fleurs imaginaires viennent décorer les vêtements des élégantes, et pendant plus de cent ans les motifs cachemire, perse, ou encore chinois ornent les différentes les pièces du costume provençal : jupons piqués, caracos, fichus et capes, dans un enchevêtrement de feuilles et de fleurs aux couleurs chamarrées.
    925452be88e5f636ec99ae2b1087a3c2.jpg
    Costume « Compagnie des Indes ». Caraco d’indienne imprimé comme les cotonnades fabriquées à Alep. Détail d’un tablier assemblé dans un textile importé d’Orient appelé chafarcani, vers 1780.

    Cette exposition regroupe, dans le cadre enchanteur de l'Hôtel de la Marquise de Clapiers-Cabris, quinze des plus beaux costumes fleuris de la collection d'Hélène Costa.

    Du 20 juin 2008 au 24 janvier 2009
    Musée Provençal du costume et du bijou, Hôtel Clapiers-Cabris, 2 rue Jean Ossola, 06130 Grasse
    Tél 04 93 36 44 65
    Ouvert tous les jours de l'année en saison y compris dimanches et jours fériés
    de 10h à 13h et de 14h à 18h.


    DES FLEURS AUX PARFUMS DELICATS
    Femmes et fleurs dans la peinture du XVIIe au XIXe siècle

    il existe un lien étroit entre les femmes, l’amour, les fleurs et le parfum.
    6616c07948e79e623896aec8a0250523.jpg
    « Jeune fille en robe rouge », Jean-Baptiste Isabey, 1767-1855, huile sur bois.

    Les fleurs font partie intégrante du quotidien de parfumeur. C’est pour leur rendre hommage que le Musée Fragonard a réuni des tableaux qui les célèbrent dans la peinture du XVII, XVII et XIXe siècles.
    b759c539a39e6f4a81aa8f71343698bd.jpg
    « Fleurs dans un vase de verre », Anne Vallayer-Coster, 1744-1818, huile sur toile.

    Dix huit œuvres de peintres français (Jean-Honoré Fragonard, Pierre-Joseph Redouté, Anne Vallayer-Coster), flamands (Daniel Seghers, Gérard et Cornelis Van Spaendonck, Jean-François Eliaerts, Jean-François Van Dael), et italien (Giuseppe Recco), provenant toutes de collections particulières, célèbrent à travers quatre siècles de peinture les fleurs, cœur du parfum et allégorie des femmes.
    8062a6500847d1c1574a3e04f2d9ea77.jpg

    « Jeune fille libérant un oiseau de sa cage », Jean-Honoré Fragonard, 1732-1806, huile sur toile.

    Cette exposition se tiendra à l’usine historique, au cœur de Grasse, berceau du peintre Jean-Honoré Fragonard.

    Du 20 juin au 13 septembre 2008
    Musée de la Parfumerie Fragonard, Usine Historique - 20 bd Fragonard,
    06130 Grasse
    Tél 04 93 36 44 65
    Ouvert tous les jours de l'année y compris dimanches et jours fériés
    de 10h à 13h et de 14h à 18h.